linux-debian.net

Maîtrisez votre noeud dans le réseau de l'intelligence collective

Logiciel libre, open source ou privatif

email Facebook Twitter
Màj : 20 juil. 2022   –   # pages : 13 [?]

Résumé

Avertissement. Le présent document ne prétend pas reproduire telles quelles les définitions proposées par les sources mentionnées. Ces définitions ont fait l'objet d'un traitement de notre part, de nature tantôt positive (description didactique des faits observés), tantôt normative (description politique de ce qui est souhaitable). Si dans certains cas le lecteur peine à identifier le type de traitement appliqué à un passage particulier, il suffit de consulter la source pour lever le doute.

gnu.png

Logo de GNU/Linux, une famille de systèmes d'exploitation open source, et cadre de référence de la Free Software Foundation.

Résumé en quatre points :

  1. Un logiciel est dit "open source" s'il accorde à tout utilisateur les droits d'utilisation, copie, modification (ce qui implique le droit d'accès au code) et redistribution.

    Un logiciel qui n'est pas open source est dit "privateur" (ce qualificatif est préférable à "propriétaire" car, d'un point de vue juridique, le droit de propriété peut-être utilisé pour empêcher la privatisation, c-à-d garantir les « quatre libertés » de l'open source).

  2. Un logiciel est dit "libre" s'il est open source de façon virale, c-à-d qu'aucune des quatre libertés ne peut être réduite suite à une modification.

    C'est pourquoi le libre est dit "viral", tandis que l'open source est dit "permissif".

  3. Linux (logiciel open source) est le système d'exploitation (SE) de la totalité des 500 super-ordinateurs les plus puissants du monde, et de plus de 75% des serveurs web dans le monde ; cependant ce pourcentage tombe à moins de 5% pour ce qui concerne le côté client c-à-d les ordinateurs et smartphones de Mr et Mme Toulemonde ...

Libération des utilisateur [2m53s]

Source : fsf.org

La dizaine de sections suivantes vous permettra de percevoir la subtilité des notions synthétisées dans le résumé, notamment en matière de droits de propriété et de tarification. C'est une question de business modèle : ainsi l'open source correspond à une approche de producteur de logiciels (tout comme le privatif), tandis que le libre est plutôt une approche d'utilisateurs.

Quatre libertés

 3.1. Énoncé
 3.2. Exemples
 3.3. Plus ?

Énoncé

Un logiciel est dit "open source" si son utilisateur jouit de la liberté [source] :

  1. d'exécuter le programme sans restriction ;
  2. d'étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier (ce qui requiert l'accès au code source) ;
  3. de redistribuer des copies ;
  4. de distribuer des versions modifiées.

Un logiciel est dit "libre" si ces quatre libertés sont "virales", c-à-d s'appliquent également à toute version redistribuée du logiciel open source (avec ou sans modification).

Il est probable que cette définition du "libre", que nous qualifions de "souhaitable" soit incompatible avec certains systèmes juridiques, dans lequel cas une modification des ces systèmes devrait être réalisée afin que la définition souhaitable deviennent effective.

Cependant force est de constater qu'un logiciel libre peut ne pas le rester ! Ainsi le programme de sécurisation SSH fut développé originellement par la société finlandaise SSH Communications Security Corp, sous la forme d'un logiciel libre, mais l'entreprise commerciale décida ensuite de poursuivre le développement sous une licence privative. Heureusement le projet OpenBSD (un système d'exploitation libre basé sur un noyau BSD, et qui se focalise sur la sécurité) créa alors un fork libre de SSH, appelé OpenSSH. Linux Debian emploie OpenSSH.

Fork. Cette possibilité de créer un nouvelle branche ("fork" en anglais) provient directement du caractère libre d'un logiciel ; un fork est sain lorsqu'il permet la poursuite du développement sous forme de logiciel libre (en cas de changement de licence par exemple). Par contre un fork issu d'un désaccord technique ou relationnel est souvent un gâchis de ressources humaines ; on lui préférera la résolution du différend. Il n'est d'ailleurs pas rare d'assister à la fusion des branches d'un fork quand elles font ce constat amer.

Exemples

Quelques extraits choisis de gnu.org/philosophy/free-sw.

Modifications

La liberté de modification inclut la liberté d'utiliser votre version modifiée à la place de l'original. Si le programme est livré dans un produit conçu pour exécuter les versions modifiées de quelqu'un d'autre, mais pour refuser d'exécuter les vôtres (*), la liberté de modification devient un simulacre vide de sens plutôt qu'une liberté concrète. Ces binaires ne sont pas libres, même si le code source à partir duquel ils ont été compilés l'est.

(*) Cette pratique est connue sous les noms de "verrouillage", "tivoïsation" ou – dans la terminologie pernicieuse de ses partisans – "secure boot".

Un moyen important de modifier un programme est de lui incorporer des modules ou des sous-programmes libres disponibles. Si la licence du programme indique que vous ne pouvez pas lui incorporer un module existant régi par une licence appropriée, par exemple si elle impose que vous soyez titulaire du copyright d sur tout code que vous ajoutez, alors la licence est trop restrictive pour être qualifiée de libre.

Redistribution

(...) une licence qui impose que les versions modifiées soient non libres ne peut pas être qualifiée de licence libre.

Les règles concernant l'empaquetage des versions modifiées sont acceptables si elles ne limitent pas de manière substantielle votre liberté de les publier, ou votre liberté de créer et d'utiliser des versions modifiées pour votre usage privé. Il est ainsi acceptable que la licence vous impose de changer le nom de la version modifiée, d'enlever un logo, ou de marquer vos modifications comme étant de votre fait.

Plus ?

Cinq ?

Ces quatre libertés, qui concernent autant les utilisateurs que les développeurs de logiciels, ne doivent pas être confondues avec la "philosophie Unix", qui consiste à développer des logiciels modulaires (qui ne font qu'un seule chose) plutôt que monolithiques (qui intègrent plusieurs fonctionnalités). On pourrait l'interpréter comme "cinquième" critère, permettant une évolution des modules fonctionnels qui ne soit contingentée que par les seules conditions d'intégration au système d'exploitation, communes à tous les modules).

L'adoption de systemd par la plupart des distributions GNU/Linux en 2015, a suscité des débats houleux, cette suite logicielle étant accusée de ne pas respecter le principe de modularité, et partant, celui de simplicité (PS : réponse du développeur).

Six ?

Un sixième critère de liberté pourrait être pris en considération : les modes de conception, distribution et utilisation du logiciel sont-ils soumis à une contrainte de maximisation des profits ? Nous approfondirons cette question, pas si évidente que cela (elle fait appel à la théorie des jeux) dans la section #commercialisation.

Business modèles

https://linux-debian.net/logiciel-libre-vs-open-source#business-modeles
 4.1. Modèle libre
 4.2. Modèle open source
 4.3. Comparaison

Modèle libre

Le modèle libre correspond à une philosophie de développement et d'utilisation, qui considère que le principe de logiciel privatif est non éthique : si les utilisateurs ne peuvent contrôler l'intégralité d'un programme, celui-ci peut conduire à des abus de pouvoir dans le chef des personnes détenant les droits de propriétés (NB : cette notion de liberté renvoie donc au contrôle démocratique des moyens de production).

Par extension "le libre" est une philosophie de politique économique libertaire conduisant au purisme, c-à-d qu'un système logiciel composite devrait être composé uniquement de logiciels libres (on peut ici parler de viralité spatiale, la viralité temporelle concernant la conservation des quatre libertés tout au long de l'évolution d'un logiciel).

La principale organisation de promotion du logiciel libre est la Free Software Foundation (FSF).

Modèle open source

Le modèle "open source" (qui historiquement a précédé le libre) correspond à une stratégie de développement et de marketing, qui n'impose aucune restriction à la combinaison de logiciels privatifs et open source. L'open source est ainsi qualifié de "permissif", en raison de l'absence d'un principe contraignant (pour le producteur) de viralité spatiale et temporelle des quatre libertés.

La principale organisation de promotion du logiciel open source est la Open Source Initiative (OSI), qui est sponsorisée notamment par Google, Facebook, Microsoft, IBM et Intel ... [source].

Approfondir :

  • définition de l'open source en dix point ;

    Le lecteur attentif se demandera sans doute pourquoi dix, alors que plus haut nous avons défini l'open source en quatre points. La raison en est que la problématique libre vs open source vs privatif est complexe car elle implique des considérations commerciales, juridiques et même politiques. D'autre part, les représentants de ces mouvances sont auto-déclarés, de sorte que leurs définitions sont contestables, et contestées par certains. Enfin il est possible de simplifier la problématique en la réduisant à quelques principes essentiels.

  • modèle économique open source.

Aspects commerciaux

https://linux-debian.net/logiciel-libre-vs-open-source#commercialisation
 5.1. Gratuit ?
 5.2. But lucratif ?

Gratuit ?

Une caractéristique du libre souvent incomprise est que la licence libre autorise la commercialisation des logiciels libres ! Si une licence ne permet pas aux utilisateurs de faire des copies et de les vendre, c'est une licence non libre [source].

Cependant, en raison de la troisième liberté (distribution), la plupart des logiciels libres payants deviennent assez rapidement gratuits. Dans la pratique les revenus commerciaux du libre concernent essentiellement la consultance.

En pratique, le logiciel libre n'est pas nécessairement gratuit, tandis que le logiciel privatif est généralement payant. Les simple fait d'être gratuit ne fait pas, en soi, passer un logiciel privatif au statut de libre.

Les anglophones disent que le logiciel libre est « free as in free speech, not as in free beer » (difficilement traduisible car en anglais "free" a deux significations : "libre" et "gratuit").

Points particuliers :

  • Prix. Le distributeur peut demander le prix qu'il veut. Il n'y a qu'une seule exception à cette liberté : lorsque les binaires sont vendus sans le code source complet correspondant, le distributeur doit donner gratuitement le code source, sur toute demande ultérieure. En effet, sans cette condition de gratuité, le distributeur pourrait fixer un prix trop élevé pour n'importe qui (un milliard d'euros, par exemple), et ainsi faire semblant de distribuer le code source alors qu'en réalité il le dissimulerait [approfondir].

  • Débridage conditionnel. Bloquer une fonctionnalité puis la débloquer en échange d'un paiement sous une forme monétaire ou autre (par exemple des données privées) est-il contraire au principe du libre ? Voici une réponse de gnu.org : « Le fait de mettre certaines de ces libertés hors d'atteinte de certains utilisateurs, ou d'exiger un paiement en espèces ou en nature pour les exercer, équivaut à ne pas leur accorder les libertés en question, ce qui rend le programme non libre » [source].

    Ce point illustre la difficulté de concevoir des définitions non ambiguës, et s'appliquant à tous les cas du monde réel aussi facilement que s'assemblent les pièces d'un puzzle...

Récupération par les GAFAM ? On entend parfois dire que le logiciel open source serait devenu à l’innovation technologique, ce que les réseaux sociaux sont à l’Internet : le moyen idéal pour les GAFAM d’exploiter gratuitement les réalisations de développeurs bénévoles. C'est peut-être vrai dans une certaine mesure, mais en quoi cela supprimerait-il l'intérêt du logiciel libre pour la collectivité ?

But lucratif ?

La distribution Linux Debian se distingue de certaines distributions fondées sur elle (par exemple Ubuntu) par le "business modèle" non lucratif et coopératif de l'association qui gère cette distribution (en l'occurence SPI, Software in the Public Interest).

Une "distribution" est un système logiciel composite. Par « constituer une distribution » on entend « choisir et assembler les logiciels qui composent la distribution » : le noyau du système d'exploitation, le programme d'installation de la distribution, un logiciel et des pilotes pour les connexions telles que le Wi-Fi ou pour une imprimante, des logiciels tels qu'un lecteur vidéo, un navigateur web, etc.

Les distributions open source commerciales proposent généralement des versions gratuites, mais cela n'en fait pas des distributions non lucratives puisque l'objectif de l'entreprise éditrice est de réaliser du profit par la vente de services liés à l'utilisation de la distribution (support, développement…) ou par la vente d'un code permettant d'activer une partie bridée de celle-ci (voir : modèle Freemium). Ainsi, Ubuntu est une distribution commerciale car elle est fabriquée par la société commerciale Canonical.

On pourrait objecter que cette section "But lucratif" sort du cadre du présent article. Cependant, les distinctions sur le business modèle – lucratif ou pas, coopératif ou pas – sont importantes car elles influencent les choix faits par l'organisation éditrice de la distribution, en matière de technologies ou encore de marketing. Ainsi, s'il est vital, pour la popularisation du logiciel libre, que celui-ci ne soit pas incompatible avec une activité commerciale lucrative, il est tout aussi vital qu'existent des organisations éditrices à but non lucratif et gestion coopérative.

Aspects juridiques

https://linux-debian.net/logiciel-libre-vs-open-source#juridique
 5.1. Droits de propriété
 5.2. Licences
 5.3. Copyleft
 5.4. Propriétaire vs privatif
 5.5. Domaine public

Droits de propriété

La vente d’un logiciel implique la cession de certains droits d'utilisation de celui-ci, mais ne transfert pas les droits de propriété du logiciel. Celui-ci demeure propriété de son auteur, personne physique ou personne morale (entreprise), qui conserve les droits accordés par le droit d'auteur, notamment le monopole de la copie [source].

Le principe de logiciel libre s'oppose donc à celui de gestion des droits numériques (DRM en anglais), qui sont des schémas techniques ayant pour but de protéger les droits des propriétaires en imposant des restrictions aux utilisateurs de l'informatique (PS : du point de vue de ces derniers il s'agit donc plutôt de "gestion numérique des restrictions").

Approfondir : propriété intellectuelle ; logiciel propriétaire.

Licences

Les licences de logiciels :

  • open source doivent respecter dix conditions ;
  • libres sont classées en deux groupes [source] :

    • licences libres compatibles avec la licence publique générale GNU (ou GPL, qui est le sommet de hiérarchie conceptuelle du libre) ;

      Dont les licences open source d'Intel et du NCSA (University of Illinois) ainsi que certaines licences BSD.

    • licences libres incompatibles avec la GPL.

      Dont la licence BSD originale.

Les différences entre licences libres et open source sont minimes : pratiquement tous les logiciels libres sont open source et presque tous les logiciels open source sont libres [source]. Une différence essentielle apparaît cependant lorsque la licence libre comprend un copyleft (ce qui selon moi devrait être le seul cas où l'on peut parler de logiciel libre).

Copyleft

La GPL comprend une copyleft, qui stipule qu'il est illégal de distribuer la version améliorée d'un logiciel libre autrement que comme logiciel libre. Le redistributeur ne peut donc ajouter des restrictions de son cru.

Ainsi donc, alors que le copyleft oblige le distributeur d'étendre les libertés aux distributions dérivées, la licence open source l'oblige seulement à autoriser cette extension (cf. le point trois de l'open source definition).

C'est notamment en cela que le libre est "viral", et l'open source "permissif". Cette permissivité est aussi illustrée par le point neuf de la définition de l'open source : « la licence ne doit pas exiger que tous les programmes distribués sur le même support soient des logiciels open source » (ce que j'appelle la viralité spatiale).

Selon gnu.org, une licence libre peut être compatible avec la GPL sans pour autant comprendre de copyleft [vérifier]. Si un programme est libre, mais non copylefté, alors certaines copies ou versions modifiées peuvent ne plus être libres du tout. Une société informatique peut compiler ce programme, avec ou sans modifications, et distribuer le fichier exécutable sous forme de logiciel privateur [source].

Je trouve que ces considérations taxonomiques sèment la confusion.

Propriétaire et non privatif

Pour mettre un logiciel sous copyleft, il faut d'abord le protéger par un copyright. L'auteur qui licencie un logiciel sous une licence libre n’abandonne pas ses droits sur le logiciel, il les accorde aux utilisateurs lors de la distribution du logiciel, comme pour un logiciel dit "propriétaire". Voilà l'explication de la dénomination "copyleft" : alors que les développeurs de logiciels privateurs utilisent le copyright pour restreindre la liberté des utilisateurs, les développeurs de logiciels libres l'utilisent pour l'étendre. C'est pourquoi copyright est "inversé" en copyleft.

Ainsi le logiciel libre "copylefté" est "propriétaire" mais "non privatif".

Domaine public

Logiciel "du domaine public" veut dire logiciel "non soumis au copyright" (droit d'auteur). C'est la manière la plus simple de faire d'un programme un logiciel libre, c'est aussi un cas particulier de logiciel libre « non-copylefté ». Mais cela autorise aussi des personnes à en faire un logiciel privateur en y effectuant des changements, nombreux ou non. Ceux qui recevront le programme dans sa forme modifiée n'auront pas la liberté que l'auteur original leur avait donnée : l'intermédiaire l'aura fait disparaître. C'est pourquoi la plupart des logiciels libres ne sont pas dans le domaine public mais sous copyright, leur détenteur ayant donné à chacun la permission légale de les utiliser en toute liberté, via une licence de logiciel libre avec copyleft.

Selon la convention de Berne (que la plupart des pays ont signée) tout ce qui est écrit est automatiquement sous copyright. Cela comprend les programmes. Par conséquent, si vous voulez que le programme que vous avez écrit soit dans le domaine public, vous devez faire des démarches juridiques pour renoncer au copyright, sinon le programme demeure sous copyright [source]. Le copyleft est donc un copyright modifié.

Aspects techniques

https://linux-debian.net/logiciel-libre-vs-open-source#technique
 7.1. Sécurité & Efficacité
 7.2. Distributions Linux
 7.3. Logiciel, matériel, données

Sécurité & Efficacité

Sécurité

L'accès libre au code permet de vérifier son contenu. Cependant selon Ken Thomson, co-concepteur du système UNIX : « You can't trust code that you did not totally create yourself. (...) No amount of source-level verification or scrutiny will protect you from using untrusted code. (...) As the level of program gets lower, these bugs will be harder and harder to detect. A well installed microcode bug will be almost impossible to detect » [source].

Il convient cependant de relativiser les propos de Ken Thomson, formulés au début des années 1980, par le fait que si elle peut certes s'avérer difficile l'identification de bugs demeure possible et devient de plus en plus efficace grâce aux progrès de "l'intelligence artificielle". Ainsi les techniques de méthodes formelles permettent aujourd'hui de développer des assistants de preuve, logiciels permettant l'écriture et la vérification de preuves mathématiques constituant un substitut au test de programmes informatiques. Ainsi le logiciel Coq a lui-même été prouvé dans Coq par son vérificateur de démonstrations.

Efficacité

D'autre part il est évident que le jour où les administrations publiques se convertiront au logiciel libre (noyau + applications), ce sera un énorme incitant pour le développement d'applications libres, et partant, à l'amélioration de leur qualité. Et cela alors que dans la situation actuelle, la qualité du logiciel libre est déjà très largement supérieure à celle du logiciel propriétaire au niveau du noyau ("kernel" en anglais), et d'un niveau variable au niveau applicatif (supérieur, équivalent ou inférieur selon les cas). Le logiciel libre étant généralement gratuit, il en résulte que, aux niveaux kernel comme applicatif, le rapport qualité/prix du libre est généralement imbattable. Le "lobbyiste" Bill Gates l'avait bien compris ...

Distributions Linux

Une distribution est un paquet logiciel comprenant un système d'exploitation (SE) ainsi qu'une série d'applications (messagerie, navigateur, traitement de texte, graphisme, ...). La Free Software Foundation, fondée par Richard Stallman en 1985, distingue deux types de distributions GNU/Linux :

  • GNU/Linux libres : ne tolèrent aucun logiciel non libre, ni dans le SE ni dans les applications ; ce purisme a un prix : certains logiciels sont de qualité insuffisante voire sont inexistants ;
  • GNU/Linux non-libres : tolèrent, à des degrés divers, des logiciels non-libres (cas de Debian, Ubuntu, etc) ; Debian est la distribution la moins tolérante dans la mesure où elle est la seule distribution courante non agréée par la FSF qui garde les blobs non libres en dehors de sa distribution principale. Voir aussi les principes du logiciel libre selon Debian : debian.org/social_contract#guidelines.

Androïd, le SE de la plupart des smartphones (80%), et de 40% de l'ensemble des terminaux web, est certes fondé sur le noyau Linux. Mais il s'agit là uniquement du noyau. Or dans le présent document, lorsque nous parlons de SE, c'est au sens de Linux Debian, c-à-d y compris les applications (évidemment libres) qui tournent sur ce noyau (tableur, traitement d'image, etc). Sur les smartphones la plupart des applications ne sont pas des logiciels libres. Rappelons enfin une différence fondamentale entre portable et smartphone : seul le portable est utilisable comme moyen de production, alors que le smartphone est essentiellement un moyen de consommation ...

Logiciel, matériel, données

Le concept de logiciel libre a été conçu initialement dans les années 1980. Mais depuis lors la technologie web est apparue et a rapidement évolué. Le concept du libre doit s'adapter au contexte du "cloud", du "big data" et de l'apprentissage automatique. Le contrôle du logiciel n'est plus suffisant pour garantir la liberté d'accès et de contrôle des systèmes d'information. Ce contrôle doit s'étendre aux infrastructures matérielles et aux données [approfondir].

Le projet h-node.org vise à la construction d'une base de données matérielle afin d'identifier quels appareils fonctionnent avec un système d'exploitation agréé par la Free Software Foundation.

Malheureusement les fabricants de processeurs et cartes-mères menacent de plus en plus le principe de l'open source en déplaçant de plus en plus de contrôle vers du logiciel gravé dans la carte-mère [approfondir].

Gouvernements corrompus ?

En 2005, à l'occasion de sa visite à la Commission de l'UE, Bill Gates [source], PDG de Microsoft, a été reçu en chef d'État par Herman De Croo, président du Parlement belge, ce qui est un privilège inacceptable. Le PDG de Microsoft a réussi à "convaincre" les décideurs politiques belges de ne pas remplacer les logiciels Microsoft (en particulier le système d'exploitation) par des logiciels libres dans l'administration publique. Et cela alors que le rapport qualité/prix des logiciels libres est nettement supérieur à celui des logiciels privatifs de Microsoft.

Concernant la partie "data", il est frappant de constater que c'est le fils du même Herman Decroo, Alexander, qui lorsqu'il était ministre des télécommunications (2014-2018) a littéralement livré le registre national à un consortium privé composé de quatre grandes banques (ING, BNP Paribas Fortis, Belfius et KBC) et des trois principaux opérateurs de réseaux mobiles du pays (Proximus, Base/Telenet et Orange) [approfondir : identification-authentification-internet.php#itsme]. Alexander Decroo est devenu premier Ministre du gouvernement belge en octobre 2020...

Corruption ? Voilà qui pourrait expliquer une étrange disparité : alors que Linux (logiciel libre) est le système d'exploitation (SE) de la totalité des 500 super-ordinateurs les plus puissants du monde [source p. 444], et de plus de 75% des serveurs web dans le monde [source], comment se fait-il que ce dernier pourcentage tombe à moins de 5% pour ce qui concerne le côté client c-à-d les ordinateurs et smartphones de Monsieur et Madame Toulemonde [source] ? Les faits évoqués plus hauts suggèrent que la corruption des décideurs politiques n'y est pas étrangère. Ce qui est bon pour le big business ne doit manifestement pas l'être pour ceux qui consomment leurs produits et services commerciaux...

Système d'exploitationNon libreLibre
Système politiqueSystème "représentatif"Démocratie directe

Voici des mesures à la portée des gouvernements démocratiques pour promouvoir le logiciel libre.

Applications

https://linux-debian.net/logiciel-libre-vs-open-source#applications

Focus :

SiteWikipediaDebian
Réseau pair-à-pair GNUnet GNUnet GNUnet
Seveur domestique FreedomBox FreedomBox FreedomBox
Réseau social Diaspora
GnuSocial
Mastodon
Diaspora
GnuSocial
Mastodon
Diaspora
GnuSocial
Prise de décision Loomio Loomio
Chaîne vidéo PeerTube PeerTube
Cloud Nextcloud
OpenStack
Nextcloud
OpenStack
Nextcloud
OpenStack
Big Data hadoop.apache.org Hadoop Hadoop
Machine learning mxnet.apache.org MXNet

Conclusion

Le logiciel libre correspond surtout à un modèle "utilisateur", alors que l'open source correspond plutôt à un modèle "producteur" de logiciel.

L'open source offre probablement de plus grandes potentialités de retour sur investissement (pour le producteur), mais implique également des obligations commerciales envers les utilisateurs (cf. la garantie).

Laquelle des deux approches est préférable du point de vue de l'utilisateur ? Les promoteurs puristes du libre affirmeront sans doute que leur approche virale stimule le mieux l'auto-formation des utilisateurs (on notera à cet égard l'hallucinant analphabétisme informatique des utilisateurs de logiciels privatifs), et que cet effet cognitif l'emporte sur l'effet auto-restrictif (nombre de logiciels libres disponibles) inhérent au purisme du libre.

Une approche plus pragmatique consiste à utiliser la distribution open source la plus proche des critères puristes du libre, et qui s'en approche du plus en plus. En l'occurrence je pense qu'il s'agit de Linux Debian.

Logos

gnu-tux.png

Logos du projet GNU/Linux (une distribution Linux libre) et de son noyau Linux,

open-source.jpg

Logo de opensource.org


Contact

linux-debian.net
menu.jpg

Une publication de François Jortay

top-of-page.png